Reader Interactions

Comments

  1. Vickie says

    Ça peut être intéressant, mais après en devenant végétarienne ou vegan il faut aussi voir la dimension du local (par rapport au soja). En tout cas je ne suis pas sur le chemin pour manger des insectes! ^^

    • Happy Swallow says

      Coucou,

      Selon moi, la dimension locale devrait être primordiale (même pour les personnes consommant de la viande).
      Concernant le soja, il existe heureusement des exploitations chez nous mais cela ne semble pas être la majorité. Il existe aussi des alternatives au soja, notamment à base de légumineuses pour les personnes qui n’aiment pas le soja 🙂

      Merci pour ton commentaire en tout cas

  2. line says

    Je suis de Besançon et j’ai rencontré une fois un éleveur d’insectes. Comment dire… quelqu’un qui vivait de sa ferme d’insectes ! Au départ, il fournissait principalement le zoo de la citadelle mais progressivement, il s’est mis à faire des terrines, de sortes de “gâteaux apéro” pour ses amis. Je crois qu’il attend qu’il ait le droit de les commercialiser en France pour se lancer ! Les insectes sont l’avenir !
    Pour en avoir grignoté en Asie, je suis partante !
    http://la-parenthese-psy.com/

    • Happy Swallow says

      Coucou !

      Merci pour ton commentaire 🙂
      A priori, la commercialisation d’insectes devrait bientôt voir le jour. Si la consommation d’insectes semble bénéfique, j’avoue ne pas encore être totalement prête à me lancer dans cette aventure gustative. Mais cela reste culturel, à mon avis.
      Néanmoins, toutes les personnes de mon entourage ayant goûté aux insectes ont été unanimes : c’est bon.

      Bises !

  3. Gwen says

    J’imagine que tu te doutes de ma réponse… C’est non pour moi étant donné que j’inclus les insectes dans mon cercle de compassion.
    Je ne suis pas d’accord non plus pour le soja. Celui qui sert aux produits végé vient de France ou d’Italie. L’énorme quantité de soja importé du Brésil sert à nourrir le bétail (une vache consomme beaucoup plus de kilos de végétaux qu’un être humain). Et si les insectes sont plus riches en protéines que les végétaux, il va falloir faire attention à ne pas trop en manger alors, car étant végane, j’ai déjà calculé que je consomme facilement trop de protéines par jour en me basant sur les recommandations de l’OMS. 😉

    • Happy Swallow says

      Effectivement, le problème “moral” sera sans doute le même que pour les animaux d’élevage traditionnels. Et je comprends ton point de vue et j’imagine qu’il est partagé par un bon nombre de veganes et végétariens.
      Je pense que les personnes étant végétariennes par conviction ont également une sensibilité écologique et biologique qui les pousse à faire attention à la provenance de leurs achats. Néanmoins, je connais bon nombre de personnes qui arrêtent de consommer de la viande mais achètent malgré tout des produits végétariens industriels (et d’origine plutôt lointaine), du poisson et des cosmétiques non cruelty free.

      Ceci dit, il existe aussi des alternatives au soja (notamment les légumineuses). Je connais une petite startup s’étant mise sur ce créneau et bientôt vendue dans les magasins Biocoop. Elle propose des alternatives à la viande, sans soja et en respectant les apports nécessaires à la santé humaine.

      Merci pour ton commentaire en tout cas 🙂

  4. Amy Lee says

    Brrr ! J’ai la phobie des insectes, morts ou vifs, alors je ne m’imagine pas en manger. À moins que la famine s’installe un jour par chez moi, et encore…
    Concernant la consommation de produits locaux, je suis tout à fait d’accord sur le fait que c’est une habitude à privilégier. Encore faut-il avoir le choix… En Europe, va encore, mais ceux qui vivent dans les îles et qui souhaitent garder une alimentation variée et équilibrée n’ont souvent pas d’autres choix que de consommer bon nombre de produits importés, pour la simple et bonne raison que la production locale est extrêmement limitée. Et puis il faut voir la tête des légumes, qui ne sont pas justes “moches” d’ailleurs, mais également insipides :/ Pour le reste, je ne vois pas de “meilleure” solution que de nous tourner vers les produits de nos voisins les plus proches, mais ça reste polluant…

    • Happy Swallow says

      Effectivement, cela suppose de pouvoir se le permettre… Pour les personnes ayant une maison, on peut envisager un petit jardin, mais pour les autres, c’est plus compliqué.
      Beaucoup ont la phobie des insectes et il est vrai que je n’ai pas pensé à ces personnes en rédigeant mon article, et pourtant, je comprends bien ta réaction !
      En tout cas, merci d’avoir pris le temps de commenter 🙂

      Bises

  5. Alexis says

    Trés bon article avec des informations intéressantes, il est vrai que les insectes sont une source d’apport en protéines importante et leur impact environnemental est très faible comparé à d’autres produits. Vous pouvez trouver davantage d’informations à ce sujet sur ce site : https://www.micronutris.com/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *